«Made in Strombeek-Bever» – Le Tarot de Pont-de-Montvert

«Si on ne sait pas où nous mène un chemin, alors on peut être sur qu’il nous y mènera».
Léo Rosten

Je ne pensais pas écrire un jour un making-off du Tarot de Pont-de-Montvert » et ce pour au moins deux raisons.

La première est que j’estime cet exercice surjoué. Je garde en mémoire les making-offs qui accompagnaient les blockbusters d’outre-atlantique, du temps où ils étaient des bonus à l’achat d’un support physique. Ce n’était pas toujours très utile et ça n’ajoutait pas forcément grand chose à la qualité cinématographique de l’œuvre en question.

La seconde m’est dictée par la nature même de la conception d’un Tarot et de celui-ci en particulier: la notion d’auteur·e (au singulier) doit passer au second plan.

Si j’ai changé d’avis c’est grâce à Monsieur Michel Fincœur, responsable du dépôt légal à la KBR, qui a chaleureusement accueilli la première édition du livre-objet «13/113 oracles du Tarot de Pont-de-Montvert». Il a orienté notre conversation vers les techniques et processus de production et m’a invité à communiquer sur la part artisanale de ce travail.

Pour le coté surjouée et inutile de ma démarche, je vous laisse juge. En ce qui concerne mon rôle dans la réalisation de ce Tarot… s’il est certain que je n’en serai pas le/la seul·e auteur·e, il est incontestable que, de mon vivant, j’en resterai le premier et le principal promoteur.

Fondamentalement, un making-off c’est la «narration d’une narration». Dans le cas du Tarot de Pont-de-Montvert, son statut mixte – Objet d’une narration/Narration d’un objet – implique que toute prise de parole à son égard fasse œuvre.

Alors, autant aborder cet objet/histoire par le commencement:

« Il était une fois la fabrication du Tarot de Pont-de-Montvert… ».

[…] « C’est dans l’entité communale flamande de Strombeek-Bever, limitrophe de la Région de Bruxelles-Capitale, que le Tarot de Pont-de-Montvert a vu le jour. La transformation des matières premières et secondaires s’effectue au siège de la maison d’impression et d’édition Les choses imprimées.com. Les seules délocalisations qui ont pu s’opérer dans sa chaîne de fabrication ont eu lieux dans le four à céramique de l’association Terres partagées et dans la commune française éponyme de Pont-de-Montvert.

Œuvrant depuis juillet 2015, Les choses imprimées.com mérite bien le titre de «plus petite maison d’impression et d’édition flamande de langue française du monde».

Le stock de la maison d’édition occupe quelques mètres cubes de caisses en carton standards entreposées un peu partout (sous mon bureau essentiellement, sur le palier, chambre d’amis, etc.). Elles contiennent matières premières et outillages (papiers de qualités et de forces diverses, plaques de linoléum, terre crue, plomb, encres, colles, gouges, cutters, lattes, gommes, bouts de ficelles, etc.) et de produits finis (voir catalogue).

Le parc machine est composé d’une imprimante xérographique OKI B432 (format 216 x 1321), d’une imprimante à jet d’encre/scanner A4 «tout-en-un» HP 2175, d’un écran de sérigraphie A2, de divers tampons encreurs et d’un numéroteur typographique.

L’ensemble de la création graphique se fait sur des petits carnets et le DTP est réalisé sur une station Mac Mini® (en partage avec le service comptable).

L’impression (typographique et sérigraphique), la gravure ainsi que le façonnage se déroulent sur la table de la salle à manger. Régulièrement, le garage de mon beau-frère est utilisé comme unité de séchage.

L’atelier de reliure se situe sur la table basse du salon, à proximité de l’écoute de la radio et de séries télévisées pas trop prenantes. Il se compose de deux cutting map A2, d’un plioir, d’un poinçon, d’une machine à coudre manuelle américaine Speedy Stitcher® et d’une Long Reach Stapler Bostitch® .

Voilà pour les généralités concernant l’unité de production.

Revenons plus spécifiquement à la fabrication du livre-objet «13/113 oracle du Tarot de Pont-de-Montvert» et à celle de ses artefacts.

Le coffret: Le coffret est composé d’une assise en carton micro cannelure de 1,4 mm et d’un fourreau en carton Noctis 500 gr. Chaque boite est en elle-même une pièce unique. Fourreau et assise sont tracés d’après gabarits, coupés, pliées, montés et collés à la main (…les miennes). Les compartiments intérieurs sont réalisés de la même manière. La boite et le contenu de la boite sont protégés par deux fourreaux en polypropylène.

Les étiquettes et livrets: Les étiquettes et livrets sont imprimés en Xérographie (reliure deux points métal ou accordéon pour les livrets). L’étiquette contrecollée au verso du livre-objet porte la numérotation. Cette numérotation permet l’identification et la traçabilité. D’autres éléments subtiles permettent d’identifier et d’authentifier chacun des livre-objets ainsi que leurs possesseurs: nous aurons l’occasion d’y revenir. Pour rappel, chacun de ces livre-objets est garanti contre tout vice de fabrication jusqu’en 2413 (la garantie ne couvre pas le vieillissement naturel des composants mais la maison d’édition offre un service de restauration).

Les feutres de bois imprimés: Chacun des 14 feutres de bois reprenant l’iconographie des 13 premiers oracles (+ la vierge) sont des linogravures au tampon (encre lithographique, huile de lin et térébenthine). Au verso chacune d’entre elles porte son numéro d’oracle, le cachet de l’éditeur et une numérotation ordinale à 7 chiffres. Cette numérotation est unique, totalement aléatoire et indépendante de la numérotation du livre-objet. Ces numérotations ne sont connues que du propriétaire et des promoteurs/éditeurs. Les usages de ces numérotations sont certificatifs tout autant que ludiques. Ces feutres de bois sont protégés individuellement par une pochette en polypropylène.

Les porcelaines: Les céramiques sont fabriquées à partir de porcelaine britannique: laminage au rouleau puis impression manuelle de l’iconographie. Après séchage, chaque empreinte est rehaussée au pinceau d’une engobe noire, poncée et égalisée. Après une première cuisson le biscuit est émaillé avant un dernier passage au four. Chaque céramique porte au verso son numéro d’oracle. Elle est enchâssée dans une double épaisseur de carton plume noire qui souligne la rétraction de plus ou moins 20 % de l’empreinte.

Les tablettes de plomb (artefacts ne faisant pas partie de cette première édition et non commercialisés à ce jour): Les sentences associées aux oracles sont frappées lettre après lettre avec des poinçons d’acier – caractère Helvetica 2,5 mm de haut – sur feuille de plomb laminé de 93 x 93 mm et de 1,5 mm d’épaisseur. La feuille de plomb est ensuite redressée puis vernie à la gomme-laque. » […]


Vous en savez à ce jour un petit peu plus sur la fabrication des artefacts des 113 oracles de Tarot de Pont-de-Montvert: histoire vraie d’un produit éminemment artisanal.

Cette histoire vraie vous est offerte en prélude aux futurs présentations contées1 du Tarot de Pont-de-Montvert et de ses artefacts. Ces présentations seront le cadre de narrations qui évoqueront tour à tour les pertes de ces artefacts, leurs redécouvertes et leurs utilisations tout au long de la période sombre et héroïque qui s’étend entre le XXIe et le XXVe siècle2.

Au plaisir de vous retrouver à l’occasion de ces spectacles vivants.

Merci de votre attention et bonjour chez vous

Pascal Popesco
Les choses imprimées.com
Grotewinkellaan 43
1853 Strombeek-Bever
Contact


  1. Les présentations des artefacts des « 113 oracles du Tarot de Pont-de-Montvert» bénéficieront très prochainement de spectacles contés. Ces spectacles constitueront la part d’oralité qui accompagnera ce Tarot jusqu’en 2413. Pour être informé de la programmation des représentations, inscrivez-vous à La Gazette des choses imprimés.com
  2. Rares sont à ce jour les physiciens qui contestent encore que la distinction entre le passé, le présent et le futur n’est qu’une illusion… quoique persistante.